Pourquoi les monarques migrent-ils?

 

Daphné

 

 

Par Daphné Laurier Montpetit
Coordonatrice du projet Mission monarque


Si ma première expérience à courir un demi-marathon m’a appris quelque chose, c’est que 21 kilomètres, c’est long! Imaginez alors les 4000 km que doivent parcourir les monarques pour atteindre leurs aires d’hivernage. Au moment où les premiers champions passent la ligne d’arrivée de l’état du Michoacán, au Mexique, on peut se demander pourquoi ces papillons se donnent tant de mal. Pourquoi donc les monarques migrent-ils?

 

Le monarque, grand voyageur!

Le monarque est, à l’origine, un papillon tropical. Des populations de l’espèce se retrouvent un peu partout sur la planète (Amériques, Îles du Pacifique, Océanie…), et certaines de ces populations ne migrent pas. En effet, sous des conditions favorables, les générations peuvent se succéder de façon continue, comme c’est le cas pour les monarques au Mexique et en Amérique du Sud.

Pourquoi alors d’autres s’éloignent des tropiques, année après année? Probablement pour éviter la forte compétition pour la nourriture au sein de leur environnement. L’asclépiade, plante nécessaire à la croissance des chenilles de monarque, abonde en été dans les régions plus nordiques. Pour le monarque, c’est un buffet à volonté! En élargissant son territoire, il a donc accès à davantage de ressources nécessaires au développement des chenilles.

Les défis de l’hiver

Il y a pourtant un prix à payer pour cette abondance : l’arrivée de l’hiver! Les insectes vivant dans les milieux tempérés ont développés différentes stratégies pour survivre à la saison froide. Certaines espèces se cachent ou s’enfouissent, d’autre profitent de la protection de la neige pour rester actifs. Le monarque, quant à lui, a développé une formidable capacité de se déplacer sur de longues distances et une habilité hors-pair à naviguer vers des sites d’hivernage bien précis.

Ces sites d’hivernage ne sont pas choisis au hasard. Les forêts de sapins oyamels, au centre du Mexique, offrent des conditions parfaites pour passer l’hiver. La température est assez fraîche pour permettre aux papillons d’adopter un métabolisme qui limite la dépense d’énergie, les arbres offrent une protection contre le vent et l’humidité y est adéquate. En quelques mots, des sites qui valent le déplacement!

La migration au cœur de la Mission

La formidable migration des monarques est un spectacle inégalé. Elle stimule la curiosité scientifique, l’attachement culturel et la passion des humains. C’est grâce aux habitats riches et hospitaliers du Nord de l’Amérique que nous pouvons observer ce magnifique papillon, d’un été à l’autre.

Pour préserver ce phénomène unique, nous devons préserver les habitats qui sont nécessaires à la reproduction du monarque. En connaissant les habitudes du papillon et les milieux qui lui sont le plus favorables, il sera possible de mettre en place des plans de protection de l’espèce. Et c’est que réside la Mission Monarque!

Tous ensemble dans cette mission, veillons à ce que nos visiteurs ailés trouvent toujours les asclépiades qu’ils sont venus chercher au Canada!

41238ASARRAZIN_Fotor

INS061865

2016-02-25 Piedra Herrada Mexico DSC_2216_Fotor

Danaus plexippus